La Providence et l'ilet à Guillaume : pénitenciers pour enfants réunionnais - 1856-1879 - (Saint-Pierre)

Un chapitre douloureux de la colonie réunionnaise post-esclavagiste.

 

le mardi 24 mars 18h15 au Centre culturel de Saint-Pierre

 

La Conférencière :
 

PASCALE MOIGNOUX 

Écrivaine — autrice de "Graine de Bagnard"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Conférence :

LA PROVIDENCE ET L'ÎLET À GUILLAUME : PÉNITENCIERS POUR ENFANTS RÉUNIONNAIS (1856/1879)

avec projection iconographique d'époque

            Bon nombre de faits historiques sont méconnus du public, passés sous silence. Des pages de l'histoire se referment ainsi sur l'oubli. Or si notre passé, témoin de nos comportements, doit rester dans nos mémoires afin de mieux vivre notre présent et aménager notre futur, les pénitenciers pour enfants de La Providence et de l'Îlet à Guillaume sont les exemples mêmes du patrimoine qu'il faut porter à la connaissance de tous.

Au XIXe siècle, les bagnes pour enfants fleurissent ; petits vagabonds et miséreux se retrouvent fréquemment condamnés, pour assurer la quiétude des bons citoyens. À La Réunion, les jugements sont aléatoires et les peines (démesurées par rapport aux délits commis) d'abord purgées à Saint-Denis (à partir de 1856) à La Providence. Les jeunes condamnés construiront tous les bâtiments de ce grand domaine dirigé par la Congrégation du Saint-Esprit (école professionnelle, hospice, ateliers, logements, etc.). À partir de 1863, ce premier pénitencier étant saturé, les lourdes condamnations sont dirigées vers l'Îlet à Guillaume en amont de la rivière Saint-Denis. Du fait de cet éloignement du chef-lieu, les jeunes condamnés (7 à 21 ans) évoluent dans une semi-liberté qui permet de les affecter aux travaux nécessaires à la création de ce second établissement pénitentiaire. Aménagement d'un canal d'alimentation en eau, édification des six bâtiments nécessaires à la vie de communauté ; travaux laborieux et démesurés de construction d'une route carrossable, d'un pont suspendu ; activités liées à l'élevage et aux productions agricoles : la main-d'œuvre bon marché constituée par les petits bagnards va, quinze années durant, façonner le plateau de l'îlette à Guillaume.

Peu de personnes savent que l'ancien pénitencier de La Providence existe encore et abrite aujourd'hui des logements de fonction d'un établissement public. Le site de l'îlet à Guillaume a, quant à lui, été plongé dans l'oubli pendant plus d'un siècle avant d'être enfin protégé au titre des monuments historiques en 2008. Leurs mémoires restent taboues, comme si les blessures de la honte restaient mal cicatrisées. 

En s'appuyant sur la projection d'une iconographie d'époque, cette conférence permettra une meilleure connaissance — voire une découverte — d'un chapitre douloureux de la colonie réunionnaise post-esclavagiste.

Quand
24 mars 2020 18:15   jusqu'à   21:08
Lieu
Centre culturel Langenier
15 rue de la République
Saint-Pierre, 97410
Réunion

Recommander

Faites connaitre à vos amis, collègues et à votre réseau social cette page: La Providence et l'ilet à Guillaume : pénitenciers pour enfants réunionnais - 1856-1879 - (Saint-Pierre)


Vous pouvez aussi partager cette page en copiant ce lien dans un courriel ou sur votre site Internet.
https://amis-univ-reunion.fr/index.php?q=civicrm/event/info&id=410&reset=1