Sagesse amérindienne : le message des Algonkins du Quebec (Saint-Pierre)

SAINT-PIERRE, LE 20 juin 2017, CENTRE CULTUREL LANGENIER à 18H15.

par Jacqueline Andoche

maître de conférence en anthropologie à l’Université

——————————————————————————————————

Anthropologue, Docteur en anthropologie sociale et culturelle, Jacqueline Andoche vit à l’île de la Réunion d’où elle est originaire et enseigne dans une Ecole d’Art. Le sujet de sa thèse a porté sur l’approche ethnopsychiatrique des pratiques de santé en contexte créole. Aujourd’hui elle s’intéresse plus particulièrement aux problématiques relatives au développement, à l’environnement, au patrimoine horticole et culinaire et dans cette perspective, participe à des projets de recherche-action appliqués au développement touristique de son île.

portrait Vidéo de Jacqueline Andoche

 

Conférence

Je reviens juste à Paris après une rencontre dans la Drôme avec Dominique Rankin le chef algonkin qui est venu à la Reunion et à qui j’ai rendu visite cet été au Quebec. Je sors d’une merveilleuse expérience ou j’ai tenté ce week- end la hutte de sudation. J’en parlerai dans la conférence.(courrier à Y. Bosquet)

Les rituels sacrés sont destinés à maintenir
un équilibre harmonieux entre les courants énergétique
du Soleil, de la Lune, de la Terre et de tout l’univers.

– Dhyani Ywahoo, Sagesse amérindienne

Les différentes traditions spirituelles autochtones sont liées au développement spirituel et personnel, à la compréhension du Grand Esprit (dimension masculine de Dieu, le Créateur) et de la Terre mère (dimension féminine de Dieu, la mère nourricière), à l’appréciation de la nature, de la vie et de l’environnement. Comme ces traditions sont transmises oralement, le chaman agit à titre de gardien de la connaissance. Par le rituel ou la cérémonie, les autochtones expriment la noblesse et la dignité des gestes de la vie ordinaire, qui sont parfois menacés par l’oubli de ce qui est essentiel et l’usure du temps. Ces rites font office de mémoire de la source originelle ou de l’essence de tout acte. Ils manifestent le désir de rétablir le lien entre toutes les choses, et aussi avec les Ancêtres, de passer du chaos à l’ordre, de mourir pour renaître, de se purifier, de se guérir… pour retrouver l’harmonie autant intérieure qu’extérieure.

     Algonquins et Ojibwés (Chippewas)

Les populations autochtones qui vivaient sur le continent nord-américain bien avant l’arrivée de Christophe Colomb ont d’abord été désignées par le terme d’indiens. On dit que cette dénomination provient de l’idée de Christophe Colomb qui pensait avoir débarqué en Inde en 1492, en recherchant une voie maritime par l’ouest. Pourtant, ce n’est probablement que partiellement exact, puisque les érudits des anciennes populations planétaires connaissaient l’existence du continent américain ainsi que celle du continent antarctique (voir article Les flux énergétiques de la Terre). Les templiers détenaient probablement cette connaissance et Christophe Colomb (en italien Cristoforo Colombo) en aurait été averti. Toujours est-il que l’information restait secrète et que pour la population européenne Colomb cherchait la route maritime des Indes.

Ensuite le terme indiens d’Amérique a été utilisé pour distinguer ces populations des habitants de l’Inde orientale. Actuellement on les appelle généralement les amérindiens. On les nomme aussi peuples autochtones ou premières nations. Au Québec, ces termes incluent également les Inuits (appelés autrefois les esquimaux).

 

Dominique RANKIN (Autrefois Grand Chef de la nation Algonquine)

 

 

 

 

 

 

 Séjour à St Pierre Réunion de Dominique Rankin

 

 Publications de Jacqueline Andoche

- 2000, « De l’hindouisme à l’héJacqueline Andocheritage français : un autre regard sur la créolité réunionnaise. L’exemple du pansement de secret », in Jean Bernabé et al. (eds.), Au visiteur lumineux. Des îles créoles aux sociétés plurielles. Mélanges offerts à Jean Benoist, Ibis Rouge Éditions, Presses Universitaires Créoles : 485-499.

- 2001, « Culture et santé mentale : les avatars français de l’ethnopsychiatrie », in Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin, (eds.), Critique de la santé publique, Paris, Balland : 281-308.

- 2004, « Psychiatrie et médecines créoles à la Réunion : archéologie d’une rencontre », Recherches Sociologiques, Université Catholique de Louvain, Unité d’anthropologie et de sociologie, vol 35(1) : 21-37.

Paru dans ethnographiques.org :

- Jeux d’ombre et de lumière : l’inversion sorcière dans la pratique de deux désenvoûteuses réunionnaises (publié en novembre 2007)

 

Publications de Dominique Rankin

Né sur les berges de la majestueuse rivière Harricana en Abitibi, le jeune Dominique Rankin est destiné à succéder à son père à titre de chef héréditaire et homme-médecine, mais l’envahissement des territoires autochtones par les Blancs et l’intégration forcée à leur société change radicalement le cours de son existence.

C’est la fabuleuse histoire de ce chef héréditaire algonquin qui est ici racontée et, avec elle, toute l’histoire des Amérindiens vue par un Amérindien. De son apprentissage qui débuta dès l’âge de sept ans jusqu’à son intronisation au sein du Cercle des Anciens, quelque cinquante années plus tard, il raconte comment il a survécu à la terrible épreuve des  » pensionnats des petits Sauvages « , instaurés par les gouvernements et les communautés religieuses du siècle dernier.

Entre traditions ancestrales et récit de vie, il livre, avec l’aide de la journaliste Marie-Josée Tardif, un vibrant témoignage sur le respect, le pardon et la guérison. (Amazone)

 

Entre traditions ancestrales et récit de vie, il livre, avec l’aide de la journaliste Marie-Josée Tardif, un vibrant témoignage sur le respect, le pardon et la guérison.

20 juin 2017 6:15   jusqu'à   8:00
Centre culturel L.Langenier - 15 rue de la République
Saint-Pierre, 97410
Réunion

Recommander

Faites connaitre à vos amis, collègues et à votre réseau social cette page: Sagesse amérindienne : le message des Algonkins du Quebec (Saint-Pierre)


Vous pouvez aussi partager cette page en copiant ce lien dans un courriel ou sur votre site Internet.
https://amis-univ-reunion.fr/index.php?q=civicrm/event/info&id=37&reset=1